pill_1884777_640

L-Thyroxine, vendue sous le nom de Levothyrox: on avait un médicament efficace, aux effets indésirables connus, et subis par un certain nombre de personnes. Un médicament hormonal, dont des variations infimes peuvent avoir grand effet. Les hormones thyroïdiennes, comme certains cardiotropes, sont ainsi déconseillées en générique. La dose optimale est longue à atteindre, les ajustements de dose produisent leurs effets en 6 à douze semaines. Il n'est pas question de modifier un équilibre si péniblement atteint en changeant d'excipient avec un générique, (alors que pour la majorité des produits un infime changement de la dose disponible n'a aucune conséquence.)

Ce médicament étant   insuffisamment stable dans le temps , et d'un lot à un autre, sa formulation a été modifiée. Autour d'une même dose de l'hormone thyroidienne, les produits d'accompagnement (excipients) ont été modifiés. La nouvelles formule est objectivement plus stable que la précédente, et conviendra mieux à la grande majorité des patients.

Sauf que.

Les patients ont été peu informés "(c'est une meilleure formule)", ou pas du tout.

Il n'y a pas de crise sanitaire majeure: le lévothyrox nouveau n'est pas plus dangereux que l'ancien. Par contre, les variations individuelles d'hormones thyroidiennes semblent  plus étendues d'une personne à une autre.

Et des milliers de gens, qui était très bien avec leur traitement, ont vécu des effets indésirables qu'ils n'avaient pas auparavant. Sur trois millions de patients prenant ce  traitement, quinze à vingt mille seraient concernés (15 000 étaient recensés début 2018).

On est dans une crise d'information considérable: les variations prévisibles n'ont pas été anticipées ni expliquées aux patients.

Après le Médiator qui attaque le coeur, le Vioxx qui attaque le coeur et le reste, trop c'est trop, pensent les patients, et ce n'est pas moi qui leur donnerait tort.

Et il n'y a pas de bonne solution.

Par ce qu'on a besoin d'hormones thyroïdiennes. Si on n'en produit pas ou plus, on peut en mourir. Pas d'un jour à l'autre, mais par une sorte de ralentissement progressif des fonctions vitales qui conduit doucement à la mort. Ou plus rapidement si un évènement supplémentaire comme une infection survient. C'est devenu exceptionnel dans les pays riches... parce que les gens se traitent, justement!

Un autre problème est que le ralentissement est aussi intellectuel. Les malades ne sont plus aptes à juger leur état . " je me sentais partir, mais je ne pouvais plus réagir", témoigne une patiente.

C'est  alors à l'entourage de les inciter à se soigner, en mentionnant bien l'arrêt de traitement. Les médecins ne sont pas devins  et ne posent pas forcément les bonnes questions, même et surtout aux urgences.

Alors si vous avez besoin d'hormones thyroidiennes, il faut continuer à en prendre. Chercher la bonne formule et le bon dosage et prendre le temps qu'il faut pour cela.

Les patients qui étaient bien avec leur ancien médicament, ont tout fait pour y avoir à nouveau accès. Encore disponible en Allemagne, il y a été commandé par les pharmacies, ou par les patients eux-mêmes. Mais le fabricant indique qu'il étendra sa nouvelle formule à l'Europe entière.

Les 4 génériques de la L thyroxine, dont l'utilisation était marginale, montent en puissance.S'il n'était pas conseillé de passer d'un médicament à un autre, pourquoi pas commencer directement avec l'un ou l'autre, en effet. Ou passer à l'un ou l'autre en cas d'effets indésirables . On a du choix, dont un produit en gouttes pour doser plus finement dans certains cas.

Y a-t-il des points positifs à cette crise?

Les médecins vont être plus discriminants, et peut-être rediscuter certaines indications un peu "limite": on ne traite pas un dosage, mais des symptômes, sauf dans des cas particuliers comme la grossesse; et un taux anormal pour certains ne l' est  pas forcément pour d'autres (en cas de grand âge ou d'obésité par exemple, les seuils varient. )

Le  monopole de la L-Thyroxine ne sera plus détenu par un seul labo, ce qui n'est pas plus mal.

Voici ce qu'écrit l'agence de sécurité des médicaments à destination des patients au mois de mai:

 

 Limites et seuils: indications du traitement

"Sur la base des recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de la Société Française
d’Endocrinologie (SFE) sur la prise en charge de l’hypothyroïdie fruste, le traitement par lévothyroxine devrait être limité aux sujets à risque avec un taux de TSH supérieur à 10 mU/L confirmé par un second dosage. En deçà de cette valeur le bénéfice du traitement n’est pas démontré, sauf en cas de grossesse ou dans certains cas en présence d’anticorps anti-TPO (anti-thyroperoxydase) et de signes cliniques (= symptômes) très évocateurs d’hypothyroïdie ou d’hypercholestérolémie."
Références
SFE 2013
revue Prescrire