"Tout ce qui marche comporte un risque", en matière de médicaments.

Les risques fréquents sont habituellement connus.Exemples: antibiotiques type fluoroquinolones et tendinites, anti acnéiques et idées suicidaires, certains antidépresseurs et aggressivité.... Il appartient au médecin d'en informer son patient, mais comme nul n'est parfait, lire la notice où ils sont décrits participe à la sécurité. Ça permet d'arrêter ou de changer de médicament au plus tôt en cas de problème. "Et si c'était le médicament ?" est une question à se poser chaque fois qu'un trouble nouveau apparait après la prise d'un médicament nouveau...ou pas.

Cependant, les patients signalent peu les effets indésirables aux  médecins. Et ces derniers en déclarent encore moins: ça prend du temps et de l'énergie, et ils n'ont pas forcément l'un ou l'autre. D'où beaucoup de perte d'information .

Ajouter à cela que les médecins sont de moins en moins nombreux, et que ça ne va pas s'arranger:

Pénurie de médecins: des chiffres qui parlent d’eux mêmes

Évolution du numerus clausus annuel en médecine depuis 1972 Avant 1972, il n'y avait pas de limitation du nombre de médecins formés. Il suffisait d'avoir la moyenne à l'examen de première année pour entrer dans les études de médecine. Comme il y avait progressivement trop de médecins en exercice, en 1972, un numerus clausus a été instauré, limitant...

http://cris-et-chuchotements-medicaux.net

Une autre option est de signaler directement un effet indésirable apparu à l'occasion de la prise d'un médicament, directement par le patient et il y a un site dédié pour cela, assez simple et surtout, qui marche.

Signalement-sante.gouv.fr

Le signalement des événements sanitaires indésirables est un acte citoyen qui bénéficie à tous.

http://solidarites-sante.gouv.fr


Les signalement par les patients permettent d'associer des évènements auxquels personne n'aurait pensé spontanément. Par exemple, un médicament provoque des fourmillements du cuir chevelu et personne n'avait fait le lien. Signaler permet de détecter  aussi des effets graves, mais rares non décelée par les études de mise sur le marché faute d'effectifs suffisants (baisse de l'oxygène dans le sang, par exemple). Il permet aussi de quantifier la fréquence des effets indésirables connus: il est intéressant de signaler les effets indésirables, qu'ils soient décrits dans la notice ou pas.pharmacy_2142480_1280