blood-pressure-monitor-1749577_640

 

Plus de 5 millions de personnes de plus de 44 ans, mais plus de 250 000 en dessous, sont suivies en France pour hypertension artérielle. (source: Inves). Ça fait du monde. Comme il s'agit d'un problème chronique, c'est aussi un marché très intéressant où un lobbying intense promet chaque année plusieurs "nouveautés", le plus souvent pas plus efficaces  (et parfois franchement plus néfastes) que de très vieux produits.

La découverte du danger de l'hypertension artérielle aurait été le fait, selon l'enseignement que j'ai anciennement reçu à la faculté, de recherches faites par les premières assurances de santé pour tenter de déterminer les individus les plus à risque, au début du dernier siècle . Le "pouls bondissant" aurait été corrélé à une mortalité statistiquement plus précoce. Ce  constat est toujours d'actualité.

La pression dans les vaisseaux peut être comparée (avec tout mon respect) à ce qui peut se passer dans un système d'arrosage. Vous avez plusieurs tuyaux, reliés entre eux par des jonctions qui représentent autant de points de faiblesse sur le circuit. Par ailleurs les tuyaux peuvent se dégrader  par l'action du soleil et être obstrués par du calcaire ou du sable présents dans votre eau. Enfin, l'ensemble du système, dont  la pompe, se fragilise avec le vieillissement.

Vous ne maîtrisez pas la qualité du système de départ.

Si vous exigez de la pompe de très forts débits, elle s'usera plus vite. Les jonctions auront aussi plus de chances de céder. Certaines d'entre elles peuvent, très rarement, être défectueuses, surtout dans la tête. Le coeur et les autres artères sont plus sensibles au sable.Coeur, rein et cerveau n'ont pas de système de secours: si l'artère unique  qui les nourrit est complètement obstruée, le territoire qu'elle irrigue est mort en six à huit  heures.

On a donc  tout intérêt à faire fonctionner le système à la plus basse pression efficace. La nature le sait bien: le système fonctionne à plus basse pression si vous êtes enceinte, pour absorber les nouveaux circuits et leur éventuelle fragilité. Mais, du point de vue de la nature, il n'est pas nécessaire que vous viviez si vous avez passé l'âge de vous reproduire.

L'hypertension artérielle ne fait pas mal. C'est un tueur silencieux. D'aucuns considèrent donc que ce n'est pas une maladie et que seules ses conséquences le sont. Ils disent que l'hypertension est un "facteur de risque". C'est un peu l'histoire de la poule et de l'oeuf. Pour faire simple, je dirais que l'hypertension est une maladie.

En matière de conséquences, les facteurs de risque ne s'additionnent pas. Ils se multiplient. Certains gagnent le combo hypertension + tabagisme+ diabète + hypercholestérolémie +sédentarité , par exemple.

Même avec plein de facteurs de risque, vous ne serez pas forcément malade.

Mais tout de même.

Les hypertensions artérielles modérées PEUVENT se résoudre par des mesures "hygiéno- diététiques". Réduire le sel, éventuellement le café,arrêter la réglisse, arrêter de fumer,avoir une activité physique modérée comme la marche, réduire le poids. Rediscuter  les médicaments qui font monter la tension.  Votre pilule, par exemple, surtout si vous la prenez depuis de nombreuses années.

Tout ça?

Oui. Vous n'êtes pas obligé de cocher toutes les cases. Vous tirerez bénéfice même de l'une d'entre elles. Vous avez le choix. Diminuer la pression artérielle est toujours nécessaire, mais jamais urgent (du moins si vous n'atteignez pas 18/11, et que vous ne ressentez rien d'anormal par ailleurs).

Donnez vous quelques semaines. Documentez-vous sur la tension artérielle. Investissez dans un appareil de mesure à domicile (modèle qui mesure au bras et pas au poignet de préférence). On a des gadgets plus inutiles à la maison. La mesure à la maison est au moins aussi valable que celle faite chez le médecin.

Si vous êtes toujours hypertendu (e) à l'issue , un médicament vous sera utile.

En 2017, les médicaments les plus efficaces et les plus sûrs sont: un diurétique, des inhibiteurs de l'enzyme (IEC). Eventuellement certains bêta-bloquants ou un sartan, en deuxième ligne, ou dans des cas très particuliers: diabète, insuffisance cardiaque, par exemple.

Chaque médicament a un profil d'effet adverses. Différent. Il faudra peut-être plusieurs essais pour trouver celui qui vous va. Il y aura forcément aussi  des associations à éviter. Vous devrez connaître les médicaments qui le rendraient inefficace, voire dangereux. Vous devez devenir un spécialiste de la question.

En routine, prenez votre tension matin et soir, trois jours par mois,au repos, pour un suivi optimal.

Et n'y pensez plus le reste du temps.

Ce n'est qu'un facteur de risque, et vous le maîtrisez.

Au fait: certains confondent "tension artérielle" et tension nerveuse,=stress". Le stress peut augmenter temprairement la tension artérielle: monter la pression est une réponse adaptative à des tas de choses, y compris à l'effort. Quand vous courez, vous montez à 20/12, et c'est normal. Le problème, c'est quand ça persiste, durablement ,au repos.

 

 

 

 

 

 

Hypertension artérielle

Luc Perino. Fiche d'éducation sanitaire sans publicité ni conflit d'intérêts. Fiche patient

http://lucperino.com

 

 

L'hypertension artérielle / Maladies cardio-neuro-vasculaires / Maladies chroniques et traumatismes / Dossiers thématiques / Accueil

Santé publique France est l'agence nationale de santé publique, établissement public administratif sous tutelle du ministère chargé de la Santé. Ce site est celui de l'ancien Institut de veille sanitaire (InVS) et propose des contenus dans les champs de l'alerte, de la veille et de la surveillance.

http://invs.santepubliquefrance.fr