figure_309910_1280

La grossesse, c'est que du bonheur. Pour 99% des femmes, il y a des inconvénients mineurs, compatibles avec une vie normale ou nécessitant éventuellement un peu de repos.

Pour les chanceuses, il y a l'hyperémèse gravidique.

Vous vomissez sans arrêt, vous perdez du poids, et vous risquez votre vie par perte d'électrolytes, comme les anorexiques. D'ailleurs,il y aura toujours quelqu'un pour vous traiter d'anorexique, "parce que ce n'est pas normal de vomir autant, hein?"

Les plus gentils vous traiteront simplement de "chochotte", parce que "c'est normal de vomir un peu quand on est enceinte!" Et si ça vous fait pleurer, on parlera de "troubles psychologiques". Pourtant, si cette grossesse vous y tenez, il va falloir s'accrocher et réagir, et vite.

Vous pouvez prendre des médicaments pendant votre grossesse, mais pas tous: Certains sont éprouvés: la doxylamine (DONORMYL), les anti-ulcéreux majeurs comme l'oméprazole (parce que l'acidité attaque l'oesophage, produire moins d'acide, c'est mieux). Certains  comme l'ondansétron (ZOPHREN°), sont peut-être plus récents, mais avec un recul de quelques milliers de grossesses quand même (88000 dans l'étude la plus récente de JAMA: il n'est pas retrouvé de surrisque de malformation cardiaque, comme c'était avancé dans des etudes de moindre puissance statistique).

Ne prenez aucun médicament sans avoir vérifié qu'il n'est pas nocif pour l'enfant, y compris les médicaments en vente libre, y compris les crèmes, ovules, suppositoires et autres sirops. En cas de doute, le CRAT: centre de référence sur les agents tératogènes, est la bonne source d'information.

CRAT - Centre de référence sur les agents tératogènes chez la femme enceinte

Site d'information du CRAT sur les risques pendant la grossesse des médicaments, vaccins, radiations et dépendances

https://lecrat.fr

 

 

Traiter tôt, c'est traiter moins et hospitaliser moins.De plus, si l'origine des troubles n'est pas psychologique, le corps peut"s'habituer" à vomir. Savez vous que lors de traitements par chimiothérapie- qui induisent des vomissements- certaines personnes vomissent AVANT leur injection dès la deuxième séance? C'est un réflexe conditionné. le corps anticipe, indépendamment du cerveau.Traiter tôt, c'est  éviter d'être aspirée dans une spirale infernale.

Les petits moyens diététiques: le gingembre, fractionner les repas, manger froid et ce qui vous tente, boire de petites quantités régulièrement, s'ils ne suffisent pas, restent indispensables.Le soutien de vos proches et l'arrêt de travail aussi. Vous pouvez essayer l'hypnose et l'acupression, mais évitez des techniques douloureuses comme l'acupuncture. Vous souffrez suffisamment.Si vous pouvez vous offrir de l'aide pour votre ménage, vos enfants, embauchez quelqu'un. Sinon, vous devez absolument recruter dans votre entourage. Laissez votre fierté de côté. Acceptez les bonnes volontés, toutes.Levez vous chaque jour, par contre, pour entretenir vos muscles. Marchez un peu dès que vous le pouvez.

Si vous perdez plus de 10% du poids du corps, vous devez être hospitalisée; pesez vous régulièrement, et anticipez. A l'hôpital, faites vous aider par un proche. Qu'il vous amène des nourritures et boissons  qui vous inspirent dès que vous pourrez remanger. La diététique hospitalière tient rarement la route dans ce problème spécifique. Avoir à portée des aliments appétents permet de récupérer plus vite.

Est-ce que ça va s'arrêter? Peut-être. C'est pas sûr. L'hyperémèse s'améliore souvent à la vingtième semaine.

Est-ce que l'enfant est menacé? Oui et non. L'hyperémèse est corrélée à une charge très forte en hormones:ces grossesses "tiennent" bien, mais peuvent être menacées par votre affaiblissement physique. Exceptionnellement, ces hyperémèses correspondent à des grossesses au mauvais endroit: dans ce cas, elles n'évolueront pas et menaceront votre vie par saignement.C'est pour cela qu'il faut, impérativement, que la grossesse soit diagnostiquée par échographie.

Vous pouvez trouver des infos et des témoignages sur le site HER, en anglais. Je n'ai pas trouvé de site comparable de langue française où cette problématique semble mal connue des médecins, même spécialisés (gynécologues, obstétriciens). La fondation a été crée par une médecin qui a souffert de ce problème et a en conséquence décidé de faire avancer la recherche sur le sujet.

Il existe des groupes Facebook dédiés: Ensemble contre l'hyperemèse gravidique, 9 mois avec ma bassine, où trouver du soutien en français.

Actuellement le Collectif autour de la naissance et l'accouchement: CIANE , essaie de faire avancer les choses sur ce sujet. D'obtenir une recommandation  temporaire d'utilisation: RTU, qui permettait de rembourser aux femmes enceintes le traitement par Zophren.

ONDANSETRON (Zophren°)

Un mot sur l'ondansétron: il n'est pas remboursé dans l'indication "grossesse". il l'est seulement dans l'indication "chimio", s'il est prescrit sur des ordonnances spéciales "pour médicament d'exception". Cela peut troubler le pharmacien. Vous lui rappellererez que tout médecin peut prescrire, sur une ordonnance "standard" de l'ondansétron: votre généraliste, votre gynécologue. Rappelez-le à eux aussi, si besoin.Référence ici:

VIDAL - Médicaments d'exception

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

https://www.vidal.fr

 

Sonn coût? deux à trois euros par comprimé. 15 euros le suppo quand même, mais vous n'en aurez pas besoin longtemps. Comptez une dizaine d'euros par jour, environ.

Les vomissements ne sont pas d'origine psychologique. mais réfléchissez  à nouveau aux faits suivants: quand une personne vomit après une chimio, il peut arriver qu'à l'occasion de la prochaine, elle commence à vomir AVANT l'injection.

 C'est pour ça que traiter fort et vite est justifié, et conduit globalement à traiter moins. A hospitaliser moins, aussi. A diminuer le risque, pour la mère comme pour l'enfant.

Parce qu'on meurt encore parfois  d'HG, en France au 21 ème siècle. Des mères interrompent aussi  des grossesses désirées, pour sauver leur propre vie. Et ça, c'est inacceptable.

Programmer une grossesse à risque d'HG ?

Mes recommandations n'ont pas de bases scientifiques validées, ni d'études, mais empiriquement je conseillerais de:

- Prendre plusieurs kilos d'avance, tout particulièrement en muscles, en vous entraînant comme si vous alliez faire un ultra-marathon (Ironman ou autre) pour aborder la conception avec le corps le plus résistant possible

- jouer la carte des techniques mentales en rencontrant à l'avance: un sophrologue, un hypnothérapeute, en vous mettant au yoga...selon ce qui vous inspire. Il s'agit de "muscler" votre mental et non de considérer que les troubles ont une origine mentale, bien évidemment. Dans les grandes difficultés physiques, tout comme pour  les défis sportifs, un mental fort peut faire la différence.

- Déterminer à l'avance une stratégie avec un médecin de confiance et disposer de médicaments adaptés dès le début des troubles.

- Prendre contact avec un gynécologue X exerçant dans l'hôpital du coin afin d'être "connue" de l'établissement si vous devez y avoir recours. Venir en tant que "patiente du Dr X", même si X vous connaît fort peu, peut vous aider en urgence si  le médecin d'accueil  veut garder des relations cordiales avec  le Dr X (en général c'est le cas, X étant appelé par lui pour gérer ses propres cas difficiles...)

-Organiser une logistique de soutien pour vos tâches familiales

-Prendre les vitamines préconceptionnelles: acide folique, avec un  soin particulier.

Help HER - Hyperemesis Education Research

We're starting the next chapter at HER as we kick off our 15th Anniversary!! From scientists to business experts, health professionals and digital health specialists, HER has assembled a team vast expertise!

http://www.hyperemesis.org

 De l'espoir en France?

Aujourd'hui, 23 janvier 2019, France Arztner, co-directrice du Comité Interassociatif Autour de la Naissance (CIANE), a fait déposer par l'intermédiaire  du professeur Deruelle, Gynécologue-obstétricien au CHRU de Strabourg, une demande de RTU pour l'ondanstron qui sera demandé par le collège français des gynécologues-obstriciens, instance représentant cette spécialité. La demande sera prochainement aussi formulée au nom de l'association d'usagers .

La RTU: recommandation temporaire d'utilisation, permettrait le remboursement du médicament pour les femmes enceintes, et également le suivi des grossesses exposées. En tant que recommandation, elle rendrait visible la pathologie et ses options thérapeutiques.

Aujurd'hui, les media commencent à parler de cette pathologie:

 

L'hyperémèse gravidique, quand la grossesse tourne au calvaire

Temps de lecture: 8 min "Chaque jour, c'était la même chose. Je me levais, vomissais, prenais ma bassine et m'installais sur le canapé en attendant le retour de mon mari", raconte Aude, 29 ans, aujourd'hui mère de deux enfants.

http://www.slate.fr